« Déter », la nouvelle web-série France Télévisions tournée dans la campagne bretonne, balaye les préjugés sur les lycées agricoles

, « Déter », la nouvelle web-série France Télévisions tournée dans la campagne bretonne, balaye les préjugés sur les lycées agricoles

France Télévisions place cinq jeunes d’un lycée agricole au cœur de sa nouvelle websérie. « Déter » est disponible depuis le 3 octobre sur le site france.tv.

Il y a Lia, Medhi, Chloé, Elsa et même Sohan, le Parisien. C’est en Bretagne, au milieu des vaches, que le destin de ces cinq lycéens d’un établissement agricole se lie. Leur quotidien est décliné dans la nouvelle web-série France Télévisions, Déter, en 200 épisodes de 7 minutes chacun. Thématiques autour de l’adolescence, réflexion sur la vie à la campagne, la ruralité, ses métiers, ses contraintes. 

C'est une nouvelle série de France Télévisions. Tournée en Bretagne, elle nous plonge dans le quotidien d'un lycée agricole. Le tournage est réalisé dans le pays de Vitré. Au total, la saison 1 est composées de 200 épisodes.
France 3 Bretagne K. Veillard / B. Van Wassenhove / L. De Carsin / T. Descamps

« Déter » est une abréviation du mot déterminé, point commun de tous ces jeunes, peu importent leurs horizons. Des élèves qui se sentent en minorité et souvent mis en marge de la société. Pourtant, on compte 804 établissements agricoles et 16 400 étudiants dans tout l’Hexagone. La websérie ne se contente pas de déconstruire l’image que l’on se fait des jeunes du milieu agricole, entre prairie et botte en caoutchouc. Elle s’efforce de représenter diverses personnalités et communautés. 

[embedded content]

Le panel de personnages en dit long : un citadin aguerri qui emporte dans ses bagages un lot d’idées préconçues sur le milieu agricole, une surdouée pour qui la reprise de l’exploitation familiale n’est pas un fait acquis, un jeune issu de l’immigration et sans patrimoine, une enfant de l’ASE (Aide sociale à l’enfance) en transition etc. Dès les premiers épisodes bouclés, des projections ont eu lieu dans un lycée agricole  et les élèves « étaient très touchés qu’on parle d’eux, ils étaient en demande », selon le réalisateur Nicolas Camus, conforté dans le choix du scénario.

Un souci permanent d’authenticité

Caméraman, script et ingénieur du son ont posé leur matériel dans une forêt du pays de Vitré. Tout au long du tournage, l’objectif est le même : « faire honneur aux gens dont on parle », précise à nouveau le réalisateur. Il a mené tout un travail d’enquête auprès des jeunes de lycées agricoles et a interrogé d’autres générations d’agriculteurs pour pouvoir les représenter au mieux. La priorité est d’être le plus authentique possible.

Les jeunes acteurs qui incarnent les lycéens font leur grande première sous les feux des projecteurs. Lia, l’un des personnages principal de la série, s’approprie facilement son rôle : « On apprend sur le vif, on reçoit le scenario, on regarde comment l’émotion passe, est-ce qu’elle est justifiée ? Et on fonce ! »

Les 5 premiers épisodes sont à retrouver tout de suite sur les plateformes France.TV et  YouTube.

Beaucoup de réponses sont apportées par ce texte identifié par t2jv.fr qui traite du sujet « Web TV « . Le site t2jv.fr est fait pour créer diverses publications sur le thème Web TV développées sur le web. Cette chronique a été produite du mieux possible. Dans le cas où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Web TV  » vous pouvez adresser un email aux coordonnées fournies sur ce site web. Restez connecté sur notre site internet t2jv.fr et nos réseaux sociaux dans l’optique d’être au courant des futures parutions.