Un cœur de ville avec son ring, un Pôle culturel, une TV communale… Saint-Joseph prête à jouer des coudes pour se faire une place

, Un cœur de ville avec son ring, un Pôle culturel, une TV communale… Saint-Joseph prête à jouer des coudes pour se faire une place
, Un cœur de ville avec son ring, un Pôle culturel, une TV communale… Saint-Joseph prête à jouer des coudes pour se faire une place

Patrick Lebreton pense l’aménagement global de sa ville en tentant d’“entretenir le mouvement de balancier entre l’art de cultiver les traditions et l’ouverture à la modernité”.

Ecrit par P.B. – le mercredi 27 décembre 2023 à 13H44

“Notre territoire ne se traverse pas en hauteur par des ponts, la route des tamarins n’arrive pas à la Crête”. Au-delà de la plaisanterie, Patrick Lebreton a bien en tête les caractéristiques de son territoire sur lesquelles il s’appuie pour l’aménager. “Nous, nous avons plutôt une configuration routière de peigne inversé. On monte à l’intérieur de chacune des planèses. À l’ouest, la ravine Manapany, à l’est, la ravine Basse vallée et au milieu, deux rivières pérennes. C’est ce qui fait que l’on peut préserver son territoire, préserver son identité et construire une trentaine de quartiers qui méritent le cachet de village créole comme à Grand coude, la Plaine des Grègues, les Lianes… ” Un territoire structuré par son relief, mais aussi donc par son réseau routier.

Livrée en plusieurs tranches, la contournante a pris du retard “dû à l’ancienne mandature. C’est connu, ce n’étaient pas nos amis et ils ont tout fait pour que le projet ne se fasse pas”, tacle Patrick Lebreton, aujourd’hui vice-président à la Région. Les études environnementales ont finalement repris après la découverte de la présence du protégé Gecko vert. Un dalot est en cours de réalisation pour permettre d’acheminer l’eau plus bas dans un bassin de décantation. La livraison de l’ensemble de l’ouvrage routier est ainsi prévue pour 2027/2028. “Toutes les collectivités doivent se mettre en action sur un projet, mais on ne peut pas déconnecter la mobilité d’un projet au développement du territoire. Il s’agit aussi de penser comment faire en sorte que les gens travaillent au plus près de chez eux”, pose Patrick Lebreton.

Nouvelles technologies et silver économie

Le futur Ring vient ici tracer le coeur du centre-ville. “Il y aura l’implantation d’une nouvelle gare routière et à l’intérieur des mobilités en mode doux mais aussi des actions cœur de ville”, précise l’édile. “Mais nous tenons à garder notre ruralité, c’est-à-dire qu’il n’y aura jamais ici plus que du R+3. Quand nous mettons en place des logements, il y en a pour les personnes d’un âge certain, il y a des maisons de ville et à côté des programmes sociaux mais aussi des opérations avec des prix abordables. Mais on ne peut plus offrir le même produit que celui d’il y a 30 ans de cela parce que le prix du foncier augmente”. Face à la raréfaction du foncier, comme la plupart des maires, “nous avons parié sur une densification verticale quand il s’agit du logement social et puis de la densification horizontale en gagnant le combat de l’assainissement collectif face à ceux qui n’ont pas voulu à l’époque”. Le regard de Patrick Lebreton se tourne alors encore vers le président de la Casud et son équipe : “ ils essayent de dire aujourd’hui que c’est leur projet à eux. Non, j’ai fait avec Didier Robert quand il a remplacé Thien Ah Koon à la Casud. Nous avons créé la station d’épuration. Aujourd’hui, elle est gérée par la Casud mais le projet vient de nous en 2001.”

Aidants numériques, programme informatique dans les écoles, bornes numériques dans les cimetières…, le projet du maire est également de poursuivre le désenclavement numérique. “À Grand Galet, nous allons amener la fibre. Nous allons faire un saut de rempart pour que ça puisse se faire”. L’objectif est multiple, touristique évidemment, mais “quand on fibre un territoire, on permet aux familles, aux agriculteurs, de rester. On peut résoudre les problèmes de circulation mais aussi permettre aux gens de rester à proximité de chez eux”, analyse-t-il.

Après sa web TV, Saint-Jo lance le pari d’une première TV communale. “Derrière ce projet, nous faisons un gros travail sur l’éducation populaire. La cellule familiale s’affaiblit et nous nous donnons pour objectif de l’aider à s’adapter, à positiver les messages et à se baser sur l’histoire que l’on a. C’est ma définition de la ruralité : entretenir le mouvement de balancier entre l’art de cultiver les traditions et l’ouverture à la modernité, à demain. C’est cela Saint-Jo ».

Demain, sa ville, Patrick Lebreton la voit d’abord dans un Grand Sud « où il faudra pousser un peu des coudes pour se faire accepter” puis dans une “Réunion qui gagne” et qui aura « peut-être atteint le plein emploi grâce à la silver économie ».

Ce fils d’agriculteur n’oublie pas “le gros effort à faire” sur le développement durable. “Je crois que notre économie de demain sera également guidée par la nouvelle agriculture. Les agriculteurs sont des gens sensés. On leur a mis un modèle en mains mais ils savent faire sans produits phytosanitaires. Il y a aussi le tourisme de demain, agritourisme et écotourisme. Tout cela va faire partie de l’innovation et j’aimerais que Saint-Jo en prenne un bout. On est la 7e commune aujourd’hui en ordre d’importance démographique » .

Partager cet article

Beaucoup de réponses sont apportées par ce texte identifié par t2jv.fr qui traite du sujet « Web TV « . Le site t2jv.fr est fait pour créer diverses publications sur le thème Web TV développées sur le web. Cette chronique a été produite du mieux possible. Dans le cas où vous désirez mettre à disposition des renseignements supplémentaires à cet article sur le sujet « Web TV  » vous pouvez adresser un email aux coordonnées fournies sur ce site web. Restez connecté sur notre site internet t2jv.fr et nos réseaux sociaux dans l’optique d’être au courant des futures parutions.